Qui suis-je ?

Bonjour et bienvenue !

Je m’appelle Aurélie Audrey. J’ai toujours adoré écrire. En fait, dès le plus jeune âge, j’adorais créer. Je dessinais des robes – je les ai encore, ces dessins – des robes de princesse, disaient mes parents. Mais en fait, je crois que c’était plutôt des reines. Une reine, c’est ce que tu es, toi, qui lis ces lignes – ou un roi, peut-être.

Oui, alors, je reprends mon histoire. Quand j’ai appris à lire, très vite je me suis mise à écrire des histoires. En commençant par la mienne. Journaux intimes, rédactions. Mes aventures intérieures inspiraient tant de textes possibles !

Et puis, il y a eu la musique, en filigrane de tout ça. A six ans, en sortant d’un concert de musique classique, je déclarai à mes parents ce qui m’avait apparu comme une évidence : je devais faire du violon.

Alors, tout ça, c’est très varié, n’est-ce pas ? Et cela pourrait paraître quelque peu incohérent, chaotique, dispersé. Et pourtant, tout cela fait sens.

Ce que j’ai développé, depuis toute petite, c’est la capacité d’observation et la persévérance. J’avais une sacrée volonté pour accomplir mes rêves, qui sont devenus des engagements. Et puis, progressivement, j’ai laissé s’amenuiser ma flamme créative, me mettant au service d’un système scolaire et économique qui, m’avait-on dit, me récompenserait chèrement pour mes efforts. Hélas, pendant mes études en école de commerce, après une classe prépa intéressante et intense, j’ai compris lors de mes stages que le salaire ne suffirait ni à me motiver, ni à me rendre heureuse.

En tâtonnant, j’ai commencé à comprendre ce pour quoi j’étais « naturellement » douée : la créativité, le leadership, et le coaching. Autant de mots un peu vagues.

Mais oui, j’aime créer. J’ai sans cesse de nouvelles idées. Je tâche d’appliquer cette créativité à des choses concrètes, là où j’ai déjà de l’expertise, comme la musique – après 15 ans d’études de violon, j’ai de la facilité et du plaisir à composer et écrire des chansons. L’écriture, aussi, qui a toujours été si évidente pour moi, et qui n’a jamais cessé de peupler ma vie – poèmes, journaux intimes, et autant de dissertations dans mes études très intellectuelles. Le plaisir créatif est double : le simple fait de créer me donne de l’énergie, parce que cela m’est naturel ; et le partager me met en joie car je vois que ma création peut aider d’autres personnes, leur apporter quelque chose, une émotion, une réflexion, une résonance.

Le leadership, c’est quelque chose qui s’apprend. Le tempérament un peu dominant, qui aime décider, ça je l’ai. Mais arriver à être suffisamment à l’écoute, présente et ouverte à l’autre, afin de vivre une vraie collaboration, c’est autre chose. J’ai écrit tout un mémoire là-dessus, à la fin de mes études à l’ESCP Europe. Je suis passée par diverses expériences, associatives et professionnelles – et Dieu sait que j’en vis encore – qui me rendent chaque jour plus humble et plus curieuse dans ce domaine.

Et puis, le « coaching ». Quand j’avais dix ans, je voulais être psy, car j’adorais analyser les gens, leurs comportements, leurs modes relationnels. (Bon, la fac de psycho était considérée par mes proches comme une « voie de garage », et la médecine ne me tentait pas puisque la dissection humaine dont m’avait menacée mon oncle médecin me rebutait). Et au fil du temps, je me suis rendue compte que ce que j’aimais le plus, c’était accompagner mes amies, les inviter à adopter un autre état d’esprit face à leurs problématiques, les booster et leur donner confiance en elles. Ce que j’aime, ce n’est donc pas seulement écouter et offrir de l’empathie, mais aussi orienter, grâce à mon intuition et ma finesse d’analyse, la personne vers des actions inspirées qui l’aideront à avancer.

Ce qui me soutient, depuis plusieurs années, c’est une fine combinaison de pratiques spirituelles et de développement personnel, et d’un réseau familial et amical précieux. Je pratique la méditation de pleine conscience depuis 2015, ce qui a véritablement changé ma vie. Mes expériences et inspirations vont de Vipassana à Thich Nhat Hahn, en passant par MBSR. Les pratiques corporelles comme le yoga et le QiGong m’accompagnent également au quotidien. C’est en découvrant la Communication Non Violente (Marshall Rosenberg) en 2017 que j’ai commencé à mieux comprendre mes émotions et mes aspirations profondes, et j’ai une énorme gratitude pour tout ce qu’elle m’apporte encore aujourd’hui, dans ma relation à moi et à l’autre, ainsi que dans mes coachings.

Avec tout cela, je concocte un art de vivre unique, qui est le mien et ne conviendrait peut-être pas à tout le monde. Mon invitation, c’est de t’accompagner à trouver le tien, de chemin. Trouver ta couleur, et la faire briller en profondeur, en toi et autour de toi.

Tu sais que c’est possible.