Arrête de réussir

Lettre i du 14 février 2022

Dans le développement personnel, on entend souvent cette phrase :
« Les gens qui réussissent… » complétée de « font ceci ou cela. »

Mais qu’est-ce que ça veut dire, réussir ?
Y a-t-il vraiment une relation de cause à effet si nette entre des comportements, et des résultats ?

Désolée, mais non.Déjà parce que nous ne sommes pas des machines.
Alors ne nous traitons pas comme telles.
Nous ne pouvons pas nous contenter de répliquer ce que quelqu’un d’autre a fait, pour prétendre atteindre les mêmes résultats.
Car notre histoire est différente, et notre mission de vie est différente.
Car nous sommes des êtres complexes, et qu’au-delà de nos conditionnements et de nos blessures, nous avons une âme ; ou plutôt, nous sommes des âmes.

Prétendre qu’il y a « les personnes qui réussissent », et les autres… est une insulte à la beauté complexe des âmes qui composent l’humanité.
Dans une vie, il y a plusieurs vies.
Dans une époque, il y a plusieurs époques qui s’entrecroisent.
Dans un être, il y a un univers.

Alors cessons de vouloir réduire cet univers à une formule mathématique, à un algorithme.
Cessons de croire que nous sommes si prévisibles.
Cessons de croire que nous sommes dépendants de cette matrice.

Osons penser autrement.
Osons regarder les choses à l’envers, pour remettre notre coeur à l’endroit.

Il n’y a pas de réussite.
Il n’y a pas d’échec.
Il n’y a pas de critères de réussite, ou d’échec.
Tout cela, ce sont des croyances.
De gros blocs de croyances que nous entretenons collectivement, mais des croyances.
Tout simplement.

Pourquoi les laisser avoir un tel pouvoir sur nous ?
Pourquoi s’empêcher de vivre, parce qu’il faudrait prétendument ressembler au voisin ?
Pourquoi se cacher qui on est, à soi-même et aux autres, pour la fausse sécurité d’une reconnaissance extérieure ?

Parce qu’au fond, nous avons peur de notre âme.
De sa puissance.
Vertigineuse.
De ce vertige qui, croit-on, pourrait nous engloutir.
Laissons-nous porter dans ce vertige.

Peut-être qu’il est simplement le signe qu’à travers la chute, nous sommes sur le point de nous envoler.

Laisser un commentaire