Donner naissance

Newsletter du 17 décembre 2021

Il y a quatre ans jour pour jour, ma grand-mère s’éteignait. Je me souviens de la sensation confuse que j’avais eue à la nouvelle de sa mort : tristesse, apaisement, lumière. Au moment où elle abandonnait son corps, je pouvais sentir son soulagement, et la valeur de la vie, de ma vie, à cet instant. Il fallait à tout prix que je vive l’instant présent, que je sois connectée à l’essentiel.

Je ne t’ai pas écrit ce mercredi, comme si quelque chose couvait mais n’était pas encore prêt à sortir. En ce moment j’explore le lien entre la création et la maternité : en quoi mes oeuvres, mes écrits, mes projets, sont-ils en quelque sorte mes bébés ? A quel point est-ce que je laisse faire la vie, plutôt que de chercher à forcer les choses ?

La pleine lune arrive, c’est le moment de boucler la boucle, de dire merci et adieu aux choses qui nous encombrent, de terminer certains projets, de laisser éclore quelque chose de finalisé, peut-être. Puis-je faire pleinement confiance à ce que la Vie me propose ? Qu’est-ce que je vais laisser émerger pour le retour de la lumière, le 21 décembre ? Qu’est-ce qui, en moi, demande à s’exprimer ?

Nous avons un peu évoqué ce sujet de ce qui est visible, vulnérable, versus ce qui est caché, obscur, lors d’une conversation que j’ai eue ce matin avec Stéphanie Pasquet, sur sa radio Petit Poney. Je te dis quand elle sort, j’ai vraiment hâte, c’était un moment assez magique. On a parlé de mon livre, Tu me vois, et de la puissance qui se montre lorsqu’on ose exprimer sa vérité.

Et toi, as-tu fait le deuil de ce qui n’est plus essentiel dans ta vie ?
Y a-t-il de la place pour accueillir des choses nouvelles, plus authentiques, plus proches de qui tu es vraiment ?

Laisser un commentaire