Qui je suis vraiment

Newsletter du 24 novembre 2021

Ces deux semaines à Paris ont été très intéressantes. Reprendre contact avec le lieu où j’ai grandi a toujours une saveur aigre-douce. Commençons par la douceur, si tu veux bien. Parce que j’en ai besoin, et parce que nous en avons tou.te.s besoin. La douceur, c’est d’arriver et d’avoir un espace, une chambre où dormir, des placards remplis pour ne pas faire trop de courses dès mon arrivée. La douceur, c’est aussi de passer quelques moments privilégiés avec des membres de ma famille proche, d’échanger à coeur ouvert, sur des sujets qui nous rassemblent, ou simplement de ressentir une complicité, une proximité, dans l’humour et la bienveillance. La douceur, c’est aussi de donner, en tant qu’assistante sur un weekend de thérapie de groupe, de ma présence et de mon écoute empathique. La douceur, c’est de retrouver mon amoureux et de nourrir cette relation si belle et enrichissante. 

Et puis, il y a ce qui pique, ce qui fait mal. Tous ces souvenirs qui ne me ressemblent plus vraiment. Toutes ces compromissions entre moi et moi-même, pendant des années, pour ressembler à un certain modèle de « réussite ». Tout ce que j’ai étouffé de mes élans créatifs, de mes désirs artistiques, pendant l’essentiel de mon enfance et de mon adolescence. Tout ce que j’ai fait pour être la « fille parfaite », pour rassurer ma mère et pour la rendre fière. Et fière, elle l’était, quand j’ai eu mon bac avec 17 de moyenne, quand j’ai eu mon diplôme de Grande Ecole… Mais moi, je ne voulais pas qu’elle soit fière. Je n’aimais pas l’entendre vanter ma réussite scolaire et sociale auprès des autres. Parce qu’au fond, je sentais que je m’étais trahie. Je lui avais offert cette fierté, et je m’étais retiré le droit d’être qui je suis. Comme un sacrifice, en fait. Et pour qui ? Pour ma mère, pour qu’elle se sente en sécurité, et surtout, pour qu’elle m’aime.

Le sujet du leadership, celui que j’ai tant creusé ces derniers mois, ce n’est pas moi, c’est elle. Il parle de tout ce que j’ai observé, dans mon expérience certes, mais surtout dans la sienne, parce qu’elle m’a raconté tant de choses, parce que je l’ai beaucoup écoutée, soutenue, questionnée, dans les moments difficiles de son évolution professionnelle. J’ai bien senti, ces dernières semaines, que ce sujet était une manière pour moi de rester en lien avec son univers, alors même que j’ai choisi un mode de vie (et un lieu) qui s’éloigne de plus en plus de ce qu’elle a construit.

J’ai été infiniment touchée en rencontrant cette part de moi qui, par tous les moyens, tente de prendre soin de ce lien mère-fille. J’ai enfin vu que cette part de moi avait la main, depuis des années, sur ma direction professionnelle et sur mes ambitions matérielles et financières (que j’avais définies idéalement comme assez élevées, tout en vivant, dans les faits, avec peu de moyens).

Après avoir observé cela, j’ai reçu quelques messages de mon âme : 

  • « Ce n’est pas à toi de définir la quantité de richesses matérielles que tu dois recevoir. »
  • « Ton rôle dans cette vie est d’être, de manière jouissive, naturelle, sans chercher à obtenir quelque chose de particulier. »
  • « Ce qui doit venir, viendra. Concentre-toi sur le fait de créer et de transmettre. »
  • « Tu ne manqueras jamais de rien. Les peurs que les autres projettent sur toi sont des illusions. »

Ces enseignements, ce n’est pas la première fois que je les entends. Mais je les ai rarement reçus de manière aussi forte, claire et limpide. C’est surtout, je pense, parce que j’étais prête à les entendre et à les appliquer pleinement. Avec encore plus de confiance. 

Je les connais déjà, je les pratique, en éternelle débutante. Et j’ai envie de t’en donner la saveur. J’ai filmé une masterclass qui résume 4 des principaux enseignements d’Une Vie Jouissive. C’est comme un avant-goût de ce qui arrive très prochainement… une formation pour révéler ta créativité de façon simple et fluide. Elle aura lieu en janvier-février et les inscriptions sont en ce moment !

Inscription à la masterclass ici (c’est gratuit).
Pour candidater au programme complet, prends rendez-vous ici.

Laisser un commentaire